Covoiturage

Mise en place d'un projet de covoiturage sur l'espace transfrontalier

Description du projet

Avec l’accroissement du nombre de collaborateurs frontaliers qui se rendent sur son territoire ou qui le traversent (plus de 10'000 passages au poste frontière du Col-des-Roches), l’Agglomération urbaine du Doubs est très touchée par le trafic automobile, que ce soit dans les communes françaises ou sur le territoire suisse. La saturation des axes routiers aux heures de pointe en est le reflet. Or, la mobilité est un enjeu majeur pour la compétitivité et l’attractivité d’une région.  Depuis les premières années de collaboration jusqu’à ce jour, AUD milite en faveur d’une mobilité durable au travers notamment de l’amélioration de la desserte ferroviaire, appelée Ligne des Horlogers, et plus généralement les transports publics. Elle ne changera pas d’option, estimant que le futur des transports publics dans cet espace transfrontalier passe avant tout par ce mode de transport, en cohérence avec les projets inscrits par le canton dans le programme fédéral des infrastructures ferroviaires à l’horizon 2030 (PRODES). Dans l’intervalle cependant, l’accessibilité de l’espace transfrontalier doit être améliorée. En 2010 déjà, elle estimait que d'autres mesures, certes beaucoup plus modestes mais néanmoins très efficaces, devaient être engagées sans délai. C’est ainsi qu’elle s’est lancée dans la promotion du covoiturage avec des premières actions à destination des entreprises (inventaire des parkings relais notamment).

Une année plus tard, AUD a pris part aux programmes interreg de promotion de ce mode de transports qui  s’est étendu sur l’entier de l’arc jurassien franco-suisse, En savoir plus. Avec ses autres territoires partenaires de l’arc jurassien (le Parc Naturel du Haut Jura, le Pays Horloger et le Pays du Haut Doubs pour le territoire français et pour la partie suisse l'association intercantonale arcjurassien.ch, l'Association pour le développement des activités économique de la Vallée de Joux, l'Association pour le développement du Nord Vaudois, et le Canton du Jura), elle s’est fortement impliquée  en faveur du covoiturage. L’originalité de ce dispositif est de proposer une mise en relation humanisée par le biais d’une centrale téléphonique, qui permet de rassurer les utilisateurs, de proposer des solutions adaptées tant sur les horaires et plannings que sur la régularité du covoiturage (covoiturage régulier, occasionnel ou ponctuel pour les dépannages). Le public-cible est donc le collaborateur  et son entreprise. Des actions de sensibilisation sont menées dans les entreprises côté suisse qui acceptent d’entrer dans la démarche, et des animations sont effectuées sur les territoires français pour susciter et renforcer l’intérêt de ce mode de déplacement. Sur l’ensemble des territoires engagés dans les démarches, les premiers résultats donnent un taux de 20% de part modale du covoiturage dans les entreprises participantes soit 3.200 personnes (dont 29% de part modale parmi les frontaliers des entreprises participantes et 12% parmi les résidents Suisses). Entre le début de l’opération en 2011 et 2013, on constate une augmentation de 45% du covoiturage représentant environ 1.000 covoitureurs supplémentaires, alors que 94% d’entre eux étaient d’anciens autosolistes. Enfin, Le taux de remplissage moyen par véhicule est par ailleurs nettement plus élevé dans les entreprises participantes (plus de 2.5) que dans la moyenne aux frontières (2.07). Pour échanger les bonnes pratiques, des comités des répondants mobilité des entreprises adhérentes sont organisés plusieurs fois par année.

Rôle du RUN

En tant que partie prenante à ce programme et avec les autres territoires concernés, AUD participe à la définition des objectifs visés et des actions à mener, au pilotage du projet et à sa mise en œuvre territoriale en appui aux mandataires.