Gérer votre abonnement    
 

A plusieurs c'est meilleur

Solution de mobilité moderne et peu coûteuse, le covoiturage est soutenu et promu par les collectivités publiques qui n'hésitent pas à se tourner vers celui-ci pour compléter l'offre de mobilité présente sur leur territoire. En effet, le covoiturage permet notamment de diminuer les effets négatifs induits par les modes de déplacement individuels, parmi lesquels embouteillages et engorgement des centres-villes engendrant des pertes économiques pour les employés comme les employeurs, ou encore pollution.

L'Arc jurassien ne fait pas exception. En effet, initié par l'Agglomération urbaine du Doubs, dans le cadre d'un projet spécifique, un programme de promotion du covoiturage y est en place depuis 2011 avec un financement du programme INTERREG dans la mesure où il contient une forte dimension frontalière. Depuis, toutes les régions RUN ont rejoint ou sont en passe de rejoindre la dynamique du covoiturage en s'associant au projet, dont le développement a permis de prendre davantage en compte la dimension interrégionale, très importante dans notre canton. De nombreuses actions ont pu être développées à l'échelle de l'Arc jurassien: un site internet, une plateforme de mise en relation pour les covoitureurs, l'établissement d'aires de covoiturage, un plan de communication, un système de covoiturage spontané et sécurisé, etc.

De plus, un Challenge Covoiturage est organisé annuellement. Cette année, il a eu lieu du 20 au 24 novembre. En récompensant trois équipages de covoiturage issues de petites, moyennes ou grandes entreprises-partenaires, ce Challenge récompense chaque année des covoitureur-euse-s travaillant dans l'Arc jurassien. Il permet également de mettre en lumière les entreprises actives dans la promotion du covoiturage auprès de leurs employé-e-s. Il est vrai que ces dernières ont un rôle central dans le développement du covoiturage dans l'Arc jurassien.

Et les résultats sont bons! En 5 ans (2011-2016), le covoiturage a doublé dans l'Arc jurassien franco-suisse. On recense plus de 100 entreprises partenaires de la démarche, dont en moyenne 25% des 30'000 collaborateurs covoiturent. Du point de vue du covoitureur, les économies annuelles sont en moyenne de 6'500 kilomètres, soit au minimum 2'400.- francs. Et pour l'avenir de la planète, ceci se traduit par 1,1 tonne de C02 par covoitureur libérée en moins dans l'atmosphère.

Récemment un mémoire de master rédigé par Marc Jobin, chef de projets junior au RUN, intitulé "Le covoiturage comme alternative à l'autosolisme pour les déplacements pendulaires" a traité de cette thématique dans les Montagnes neuchâteloises et dans les Franches-Montagnes. Il en ressort notamment que les pendulaires frontaliers ont une vision positive du covoiturage. Ainsi ce mode de déplacement est une alternative non négligeable à l'autosolisme (fait de se déplacer seul en automobile) pour les pendulaires frontaliers de cette région en raison de l'absence d'un réseau de transports publics performant. Le covoiturage s'est ainsi imposé durablement dans les mœurs des pendulaires frontaliers.

Mode de déplacement à part entière, le recours au covoiturage est influencé par bon nombre de facteurs parmi lesquels on retrouve le degré d'implication des entreprises dans la promotion du covoiturage, les horaires de travail, les économies financières et physiologiques, le nombre de places de stationnement, le coût des déplacements ou la fatigue induite par les trajets. Il apparaît également que le choix de son/ses partenaire(s) influence passablement la durabilité des équipages.

Loin d'être une pratique figée, le covoiturage se réinvente avec les innovations technologiques. Ainsi le programme Covoiturage Arc jurassien a permis de développer récemment une nouvelle initiative basée sur les nouvelles technologies tout en s'inspirant de l'autostop: le covoiturage spontané.

Au vu de son succès auprès de la population et des autorités politiques, le covoiturage a encore de beaux jours devant lui. Et n'oubliez pas, à plusieurs c'est meilleur!